Pause on new borrowers in Burkina Faso, Guinea, Niger and Senegal

Discussion in 'Announcements' started by Julia Kurnia, Nov 5, 2015.

Thread Status:
Not open for further replies.
  1. Julia Kurnia

    Julia Kurnia Director, Zidisha Zidisha Staff

    We are temporarily suspending acceptance of new members in Burkina Faso, Guinea, Niger and Senegal. This suspension does not affect current members in these countries, who may continue to raise new loans as before.

    The reason is that in these four countries, we have not yet been able to open large-scale payment processing accounts with a mobile phone payment service provider. Instead, loan disbursements and repayments in these countries are transferred via a conventional bank account. Unlike payments processed through mobile payment services, cash deposits at banks cannot be automatically matched to borrowers via a phone number or other numerical identifier. The banks do not support recording of numerical identifiers, and often neglect to correctly record the names of the depositors. This results in many payments which can only be identified through email or SMS correspondence with the borrowers. Such a manual system is workable at small scale, but breaks down at large volumes.

    We have been working for over a year to open a usable large-volume mobile phone payment account in these countries, without success thus far. In the meantime, the volume of loans has grown rapidly, creating a great deal of work for our volunteers to manually identify each payment. We believe it is prudent to pause growth in these countries before the volume grows too large to easily handle.

    The mobile phone payment sector is advancing rapidly in West Africa, and we're optimistic of finding a scalable payment solution in the near future. Once we do, we look forward to again welcoming new members in these countries.

    * * *

    L'acceptation de nouveaux membres au Burkina Faso, la Guinée, le Niger et le Sénégal est en attente jusqu'à l'activation d'un nouveau service de transfert de fonds. Cette suspension ne concerne pas les membres actuels dans ces pays, qui peuvent continuer à financer de nouveaux prêts comme auparavant.

    La raison en est que, dans ces quatre pays, nous n'avons pas encore pu ouvrir des comptes de traitement de paiement à grande échelle avec un prestataire de services de paiement par téléphone mobile. Au lieu de cela, les décaissements de prêts et les remboursements dans ces pays sont transférées via un compte bancaire classique. Contrairement aux paiements traités par les services de paiement mobiles, des dépôts en espèces dans les banques ne peuvent pas être automatiquement attribués aux emprunteurs via un numéro de téléphone ou un autre identifiant numérique. Les banques ne supportent pas l'enregistrement des identifiants numériques, et manquent souvent d'enregistrer correctement les noms des déposants. Il en résulte de nombreux paiements qui ne peuvent être identifiés que par correspondance e-mail ou SMS avec les emprunteurs. Un tel système manuel est réalisable à petite échelle, mais se décompose à grands volumes.

    Nous travaillons depuis plus d'un an pour ouvrir un compte de paiement par téléphone mobile utilisable à grande volume dans ces pays, sans succès jusqu'à présent. Au même temps, le volume des prêts a augmenté rapidement, créant beaucoup de travail pour nos bénévoles pour identifier manuellement chaque paiement. Nous pensons qu'il est prudent de faire une pause à la croissance dans ces pays avant que le volume devienne trop grand pour manipuler facilement.

    Le secteur des paiements de la téléphonie mobile progresse rapidement en Afrique de l'Ouest, et nous sommes optimistes de trouver une solution de paiement à grande échelle dans un proche avenir. Une fois que nous le faisons, nous sommes impatients d'accueillir à nouveau les nouveaux membres dans ces pays.
     
Thread Status:
Not open for further replies.

Share This Page